• Margaux Carlier

Balade bretonne au coeur de la cybersécurité

Dernière mise à jour : 30 mai

Qui n’a jamais entendu parler du Golfe du Morbihan ?


Que ce soit comme destination touristique (c’est la 1ère destination touristique de la région Bretagne avec 1,7 millions de nuitées), que ce soit comme base d’excellence des loisirs nautiques et de la construction de bateaux de compétition (24.000 places de port, 491 entreprises et 3200 emplois) ou que ce soit comme composante importante de la première région agroalimentaire d’Europe (la Bretagne), tout le monde a entendu parler du Morbihan !

Mais peu de gens savent que le 1er janvier 2017, les trois communautés de communes - Vannes agglo, la Communauté de Communes de la Presqu’île de Rhuys et Loc’h Communauté - ont fusionné pour donner naissance à « Golfe du Morbihan - Vannes agglomération », communauté d’agglomération regroupant 34 communes au Sud du Morbihan. Devenu le troisième pôle économique de Bretagne, « Golfe du Morbihan - Vannes agglomération » a fait le choix de favoriser l’activité économique du territoire en mettant à disposition des entreprises de nombreux dispositifs d’accompagnement et une réserve foncière adaptée aux besoins des professionnels. La région de Vannes connait ainsi un fort taux de création d’entreprises et d’emplois tout en offrant un cadre de vie très favorable : environnement d’exception, climat tempéré et grande qualité de vie.


Une filière d’excellence en fort développement : le Numérique dans le Golfe du Morbihan


De nombreuses entreprises IT se développent sur le territoire, dont des éditeurs de logiciels nationalement connus : Oodrive (solutions Cloud), SAB (progiciels intégrés pour la banque), Open Health (collecte et analyse des données santé), Isatech (solutions informatiques globales pour les PME-PMI), etc.

Ces entreprises innovantes bénéficient d’un écosystème attractif composé de laboratoires et experts dédiés, dont le Lab-STICC (Laboratoire en Sciences et Techniques de l’Information, de la Communication et de la Connaissance), le LMBA (Laboratoire de Mathématiques en Bretagne Atlantique - CNRS-UBO-UBS), l’IRISA (Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires) et du pôle de compétitivité Images & Réseaux.

Les nombreuses entreprises du territoire spécialisées dans l’édition de logiciels ont permis de développer une filière du traitement et de la protection des données, et donc de la cybersécurité.

L’accélérateur de startups, le Village by CA Morbihan, accueille une quinzaine de startups dont plusieurs sont spécialisées dans le logiciel et la Cybersécurité. Au total, c’est une vingtaine d’entreprises spécialisées dans la cybersécurité qui se développent dans l’agglomération de Vannes. Elles y bénéficient d’un écosystème dynamique et de l’appui d’acteurs institutionnels, à l’échelle départementale, régionale ou nationale : l’Université Bretagne Sud (UBS) avec son Cyber Security Center, Bretagne Développement Innovation (BDI) et son pôle cyber, et le Pôle d’Excellence Cyber qui a une mission nationale.


Quelques start-up prometteuses en matière de cybersécurité

  • Dawizz, créée en 2017 à Vannes, est spécialisée en cartographie et analyse des data pour aider les entreprises et organisations publiques à gérer leur patrimoine de données. Sa solution de gestion des données « My Data Catalogue » permet d’analyser et de cartographier la data grâce à des algorithmes : extraction de la valeur ajoutée des données, identification des données personnelles, traçabilité de la data, optimisation des ressources informatiques. Morbihan Energies se félicite d’avoir déployé la sonde de Davizz. www.dawizz.fr


  • By Stamp, est une société vannetaise spécialisée dans l’authentification forte par tampon sur smartphones et tablettes, grâce à un tampon électronique breveté : Keymo. La startup a été primée par un CES Award 2020 dans la catégorie “Cybersecurity & Personal Privacy”. www.bystamp.com


  • Keopass, créée en 2019 à Baden (56), développe des solutions biométriques universelles à destination des entreprises. Matérialisée par un petit boitier de la taille d’une clé de voiture, la technologie de KeoPass abrite un système d’identification biométrique, qui vient remplacer la saisie des mots de passe. La Clé KeoPass peut également servir de badge d’accès biométrique dans les bâtiments et sécuriser tout type d’équipement industriel. www.keopass.com


  • Pour aider les PME/PMI ou les collectivités à combler leur retard en matière de protection de leurs systèmes d’informations, Lorcyber leur propose de co-construire leur cyber sécurité : conseil organisationnel (audits ISO 27001, plan de continuité d’activité, accompagnement gestion de crise, etc.), conseil technique (scans de vulnérabilités, tests de pénétrations, etc.) et formation. En outre, Lorcyber édite un logiciel : la plate forme CSIS qui offre une vision à 360° des failles de sécurité et permet aux sociétés de contrôler leurs vulnérabilités rapidement pour un plus petit budget et en autonomie. www.lorcyber.eu

L’Université Bretagne Sud (UBS) : L’Université cyber

« L’UBS a investi, dès 2012, le champ de la cybersécurité. Précurseur, elle est l’une des rares universités à proposer une offre aussi complète. Notre « Cyber Security Center » associe recherche universitaire, entraînement des entreprises au risque cyber et formation des étudiants. Depuis, nous avons acquis une réputation nationale et internationale qui nous permet d’être les partenaires privilégiés des services de l’État et des grands groupes français. La menace cyber va aller en s’accentuant, il faut anticiper en sensibilisant, en formant des spécialistes et en innovant grâce aux travaux continuels de nos chercheurs. » Jean Peeters, Président de l’Université Bretagne Sud. LE CAMPUS DE L’UBS

L’Université a mis en place différentes formations de haut niveau qui épousent tous les champs de la cybermenace : de l’analyse et gestion de crise à la conception de logiciels sécurisés, en passant par les systèmes embarqués :

  • Licence Professionnelle Cyberdéfense en apprentissage. Elle forme des professionnels capables de comprendre et de sécuriser un système complexe.

  • Diplôme d’ingénieur en « cyberdéfense » : forme à l’analyse et gestion de crises cybernétiques. Unique en France, il se déroule en alternance et recrute 50 apprentis ingénieurs par an.

  • Diplôme d’ingénieur en « Informatique de confiance domaine cybersécurité » : forme à la conception de logiciels sécurisés.

  • Master « Cybersécurité des systèmes embarqués ». Cette formation unique en France dans l’enseignement supérieur est la seule à être entièrement dédiée à la protection des objets connectés et de leurs usagers.

A noter que l’UBS et le Groupe Orange, leader en matière de cybersécurité, ont décidé de s’associer afin de renforcer leur synergie dans les formations en cybersécurité et cyberdéfense. Ajoutons que le campus de l’UBS permet aux étudiants de séjourner et d’apprendre dans un cadre très agréable, proche de la mer, doté d’équipements de pointe (par exemple, le cyber range, un bac à sable de gestion de crise cyber), de bénéficier d’une expertise scientifique multidisciplinaire et de participer à des exercices simulés en grandeur réelle. Exercice sur la lutte anti-drone: https://youtu.be/N7ezJSOg38Y Lors de notre passage sur le Campus, les étudiants participaient à l’exercice « FENUA H24 » mettant en jeu des équipes à Vannes et des équipes à Tahiti pour jeter les bases de ce qui pourrait devenir à terme un SOC de défense des OIV françaises, voire européennes, fonctionnant en « temps jour » sur 24 heures. L’Anssi et d’autres services regardant cet exercice avec attention…

Pour retrouver toutes les formations détaillées : https://www-cybersecuritycenter.univ-ubs.fr/fr/index.html

Retrouvez le “village breton” au FIC à Lille du 28 au 30 janvier 2020 Crédits photos: UBS, Vannes Agglo


https://www.sdbrnews.com/sdbr-news-blog-fr/2020/1/25/balade-bretonne-au-coeur-de-la-cybersecurite



0 vue